/ HAS MAGAZINE
EN - FR - 中文
03
Vérité et Croyance
JUIN 2021

ÉDITORIAL 

par Zoltán Somhegyi

Nous sommes souvent tentés de considérer la “croyance” et la “vérité” comme des concepts simples caractérisant des qualités, des phénomènes et des états fixes (croyance), ainsi que des standards (vérité). Or, il s’avère qu’aucun de ces deux concepts n’est aussi simple qu’il n’y paraît.

La vérité peut avoir des aspects multiples, et sa polyvalence peut donner lieu à des “vérités” extrêmement différentes. Une chose peut être vraie pour certains et fausse pour d’autres, ou son degré de véracité peut varier considérablement en fonction d’une myriade de facteurs internes et externes. Une chose peut-être absolument vraie, presque vraie, très proche de la vérité, quelque peu vraie ou complètement fausse, en fonction de ses préjugés, de ses connaissances antérieures, d’autres informations (qui peuvent elles-mêmes, naturellement, être vraies ou fausses), de son éducation, de ses penchants politiques, de son identité religieuse, etc. Étant donné que tous ces facteurs – et bien d’autres encore – influencent notre capacité à concevoir la vérité, notre expérience de la véracité est – ou, pour mieux dire, devrait être – son incertitude. Si nous sommes conscients de cette versatilité de – et dans – la vérité, c’est peut-être ce qui s’en rapproche le plus.

Lire la suite

ÉDITORIAL 

par Zoltán Somhegyi

Nous sommes souvent tentés de considérer la “croyance” et la “vérité” comme des concepts simples caractérisant des qualités, des phénomènes et des états fixes (croyance), ainsi que des standards (vérité). Or, il s’avère qu’aucun de ces deux concepts n’est aussi simple qu’il n’y paraît.

La vérité peut avoir des aspects multiples, et sa polyvalence peut donner lieu à des “vérités” extrêmement différentes. Une chose peut être vraie pour certains et fausse pour d’autres, ou son degré de véracité peut varier considérablement en fonction d’une myriade de facteurs internes et externes. Une chose peut-être absolument vraie, presque vraie, très proche de la vérité, quelque peu vraie ou complètement fausse, en fonction de ses préjugés, de ses connaissances antérieures, d’autres informations (qui peuvent elles-mêmes, naturellement, être vraies ou fausses), de son éducation, de ses penchants politiques, de son identité religieuse, etc. Étant donné que tous ces facteurs – et bien d’autres encore – influencent notre capacité à concevoir la vérité, notre expérience de la véracité est – ou, pour mieux dire, devrait être – son incertitude. Si nous sommes conscients de cette versatilité de – et dans – la vérité, c’est peut-être ce qui s’en rapproche le plus.

La croyance complique encore les choses, car il s’agit non seulement d’un concept tout aussi alambiqué, mais parce qu’il entretient un lien direct avec la vérité et ses diverses formes d’appréhension. On peut souvent croire que quelque chose est vrai, mais plus on y croit, moins on est conscient du fait que c’est précisément notre degré de croyance qui nous empêche de procéder à un examen critique de ce que nous croyons. Les croyances peuvent également être trompeuses, car elles sont souvent fondées sur des choses que l’on croit simplement vraies. Les systèmes de croyances complexes, les idées et considérations stabilisées, sur un large éventail de sujets, contiennent souvent des éléments de vérité, avec des notions supplémentaires qui sont façonnées par le sujet croyant pour s’intégrer au système, souvent au prix d’une modification inconsciente, mais significative, afin de les ajuster à la réalité subjective de l’individu.

Néanmoins, l’incertitude concernant la vérité n’est pas nécessairement problématique ; elle exige seulement une évaluation critique attentive et cohérente et, surtout, un sens aigu des responsabilités. Si l’on est conscient du fait que la vérité est relative, on élargit sa perspective, ce qui peut conduire à un développement intellectuel et émotionnel. À plus grande échelle, cela peut conduire à de nouveaux progrès dans toutes les branches de la science, de la société, des sciences humaines et des arts. Cependant, si cette prise de conscience est opprimée, si la pensée critique n’est pas cultivée et si un public reste les masses intellectuellement insensibilisées et donc manipulées selon divers agendas, des problèmes cruciaux peuvent surgir et avoir des conséquences sur plusieurs générations.

Dans ce numéro de HAS, les contributions analysent de nombreux aspects liés à ces questions, dont l’importance ne peut être surestimée. Les problèmes sont non seulement examinés aux niveaux théorique et philosophique, mais également appliqués à travers l’exploration de questions tangibles, y compris en analysant la manipulation des faits, les fake news, l’exploitation et  les difficultés autour de la transparence politique, et les dilemmes éthiques.

Nous espérons que notre sélection d’analyses théoriques et d’études de cas, ainsi que d’œuvres d’art et de projets liés à ces questions, soulignera non seulement l’importance de la prise de conscience face aux complexités de la vérité et de la croyance en général, mais pourra également contribuer à une élévation bien nécessaire de la pensée critique en particulier.

Zoltán Somhegyi, Editeur

Historien de l’art et docteur en esthétique, Zoltán Somhegyi est professeur associé d’histoire de l’art à l’université Károli Gáspár de l’Église réformée en Hongrie.

Tous les articles sont édités par HAS magazine, sauf si indiqué par * à côté du nom de l’auteur.

Tous les points de vue ou opinions exprimés dans HAS magazine appartiennent aux auteurs individuels et ne reflètent pas nécessairement les points de vue et opinions de HAS magazine ou de ses opérateurs affiliés.

Sommaire
R
Catégories
1
La Covid-19 et la mise en scène de la science
 Étienne Klein
2
Notre Problème Fondamental : Une révolution pour la philosophie et pour le monde
Nicholas Maxwell
3
DRAWING STONES PROJECT
Roni Ben Ari
4
Penser et représenter la guerre à travers l’image d’archive : responsabilité, place et rôle de l’artiste chercheur
Hélène Mutter
5
La transparence démocratique à l’heure des fake news
Jean-Philippe Foegle
6
The Day Before Xmas
Micha Peled
7
Inventer le monde des merveilles – A la recherche des racines culturelles de la littérature numérique en Chine actuelle
Hsiung Ping-chen
8
Vérités enfouies dans le passé de la Chine : aborder l’histoire de la Chine depuis la perspective de la vie courante
Chi Kong Lai et Kent Wan
9
Qu’est-ce que la vérité ?
Jeremy Wyatt
10
Sois Belle et Tais-Toi.
Clémence Vazard
11
L’écume du faux : les vérités photo-numériques
André Rouillé
12
L’artiste derrière la manipulation des faits
Diaz Ramadhansyah
13
MediaWarfare
Cassandra Zampini
14
Images, idéologies et manières de voir au-delà de la pandémie.
Sophia Olivia Sanan
15
La genèse de l’art et la mission des artistes
Prof. Xiang Xiong Lin*
16
Dissiper le brouillard d’informations—Un cadre de compréhension artistique
Jiao Xingtao
17
Shadows of Angels
Gisela Weimann
18
:::sotrue
Margarete Kiss
19
Le vrai, le faux, les biais et les croyances
Margalit Berriet
R
Le Conseil International de la Philosophie et des Sciences Humaines
CIPSH
R
Mémoire de l’Avenir
Mémoire de l'Avenir
R
Appel à contributions : Engagement et Contemplation
HAS Magazine
Équipe éditoriale

Remerciements

Nous tenons à témoigner notre gratitude à John Crowley, chef de section pour la recherche, les politiques et la prospective au sein du secteur des sciences sociales et humaines de l’UNESCO de 2014 à 2021.

En 2016, Luiz Oosterbeek a envoyé une invitation ouverte à Mémoire de l’Avenir pour rejoindre et contribuer à la mission d’UNESCO-Most, dirigée par John Crowley, avec le Conseil International de la Philosophie et des Sciences Humaines (CIPSH) et l’Année internationale de la compréhension globale (IYGU) : Tout d’abord, en fournissant la section arts et créativité de la WHC2017, puis depuis, en travaillant ensemble à la mission globale du programme UNESCO-MOST et aux objectifs du CIPSH. Le résultat de cette collaboration est le projet Humanités, Arts et Société.

C’est un grand honneur pour Mémoire de l’Avenir d’initier et de soutenir le projet Humanités, Arts et Société (HAS), en collaboration avec UNESCO-MOST et le CIPSH. Surtout de participer à cette importante aventure, en travaillant avec des personnes issues des domaines de la science et de la recherche, tout en collaborant avec des penseurs, des porteurs de projets, des initiateurs et des artistes, dans le but commun de prouver l’importance de la créativité dans tous les domaines de la vie.

Nous tenons à remercier John pour sa confiance et pour sa vision, offrant soutien, présence et temps à la HAS. Cela nous a permis de partager des connaissances au-delà des frontières habituelles, en rapprochant les personnes, les disciplines, les lieux et les initiatives.

Grâce au projet HAS, le soutien à la coopération multidisciplinaire entre divers domaines de la recherche et des arts est devenu une partie intégrante du processus visant à renforcer la créativité et à imaginer de nouveaux futurs.

Nous aimerions terminer cette note de reconnaissance pour le soutien et la contribution de John par une citation de Robert Filliou’s qui, selon moi, correspond bien à la vision généreuse qu’a John du travail que nous avons accompli ensemble :

Je ne m’intéresse pas seulement à l’art ; je m’intéresse à la société et l’art en est un aspect… L’art est une fonction de la vie plus la fiction qui tend vers zéro ? Si la fonction est égale à zéro, alors l’art et la vie sont une seule et même chose (vitesse de l’art). Cet élément de fiction, c’est-à-dire le passage, est le point minimal entre l’art et la vie. [Robert Filiou, ” Une galerie dans une casquette “, Intervention (6), p. 41-43].

Nous vous souhaitons bonne chance, John, avec votre nouvelle entreprise, le PHGD Group (http://phgd.group/en/), et espérons que notre collaboration se poursuivra bien au-delà des portes de l’UNESCO, afin de faire émerger un avenir inclusif.

 

Nous tenons également à remercier Katarina Jansdottir pour sa collaboration au projet HAS et à son magazine, qu’elle a coordonné avec un grand professionnalisme au cours des deux dernières années. Toute l’équipe lui souhaite bonne chance dans ses futures activités professionnelles.

 

La revue HAS a été créée sur une proposition originale du professeur Lin Xiang Xiong, président et fondateur de la Global Chinese Arts and Culture Society. Elle est conçue et développée par Mémoire de l’Avenir, UNESCO-MOST et CIPSH dans le cadre du projet Humanities Arts and Society.

La guerre commence dans l’esprit des Hommes. La seule façon d’empêcher la guerre de se produire est par l’humanité, la culture et les arts. N’est qu’en pénétrant dans le cœur et la pensée des gens, individuellement et collectivement, que nous pouvons permettre à la culture de supprimer et de surmonter les instincts sauvages et barbares de l’humanité, et de purifier ses désirs et ambitions avares et avides de pouvoir.

La publication numérique Humanity, Arts and Society est une ambitieuse revue artistique et scientifique semestrielle, parrainée par quatre organisations culturelles intergouvernementales à but non lucratif. La mission et la vision communes qui ont réuni ces quatre organisations sont basées sur l’objectif de servir les personnes et la société, de promouvoir la culture, l’esprit artistique et la pensée humaine dans le but de construire un village mondial universel de confiance et d’harmonie.

Professeur Lin Xiang Xiong

 


DIRECTEUR Luiz Oosterbeek (CIPSH)
DIRECTRICE Margalit Berriet (Mémoire de l’Avenir)
PRÉSIDENT HONORAIRE Lin Xiang Xiong (GCACS)
RÉDACTEUR-EN-CHEF Zoltán Somhegyi
DIRECTRICE ARTISTIQUE Marie-Cécile Berdaguer
COORDINATION GÉNÉRALE Helena Schümmer
COORDINATION ASIE Kuei Yu Ho
COORDINATRICE UNESCO-MOST Camille Guinet
COORDINATION GCACS Fion Li Xiaohong
ASSISTANTE DE PROJET Tamiris de Oliveira Moraes
CONCEPTION GRAPHIQUE Costanza Matteucci & Élodie Vichos
ÉDITEUR ANGLAIS Dan Meinwald
ÉDITEURS FRANÇAIS  Aurore Nerrinck, Marcel Rodriguez

CORRECTIONS FRANÇAIS Aurore Nerrinck, Margherita Poli & Marcel Rodriguez
TRADUCTION FRANÇAISE ET ANGLAISE Ashley Molco Castello
TRADUCTION CHINOISE Kuei Yu Ho
ADMINISTRATION ET PRODUCTION Victor Gresard
DÉVÉLOPPEMENT NUMÉRIQUE Active Creative Design
WEBMASTER Labib Abderemane
OPERATIONS Mémoire de l’Avenir

COUVERTURE Margalit Berriet

Comité consultatif

Aurélien Barrau, Astrophysicien, professeur à l’Université Grenoble-Alpes et Cinéaste
Madeline Caviness, Professeur en Histoire de l’Art l’Université Tufts, membre du CIPSH.
Divya Dwivedi, Philosophe et écrivain, professeur à l’Instut indien de technologie.
Wang Gungwu, Historien, Professeur émérite à l’Université nationale d’Australie et professeur à l’Université nationale de Singapour.
Hsiung Ping-chen, Secrétaire Générale du Conseil international de la Philosophie et des Sciences Humaines (CIPSH). Elle est titulaire de la Chaire CIPSH en “Nouvelles Humanités”, Université de Californie, Irvine.
Alain Husson-Dumoutier, Artiste de l’UNESCO pour la Paix, peintre, sculpteur et écrivain.
Charles-Etienne Lagasse, Président du Centre d’Etudes Jacques Georgin.
Liu Mengxi, Rédacteur en chef et fondateur des magazines Chinese Culture et World Sinology, directeur de l’Institut de la culture chinoise.
Liu Thai Ker, Architecte et urbaniste, président du Centre for Liveable Cities.

Partenaires