/ HAS MAGAZINE
Dissiper le brouillard d’informations—Un cadre de compréhension artistique
Jiao Xingtao
Professeur et Vice-président de l'Institut des Beaux-Arts du Sichuan
À travers l'analyse de la société contemporaine, qu'il identifie comme étant dans une "ère post-spectacle", Jioa Xingtao explore la différenciation de la vérité et des croyances aujourd'hui.

Le film L’Odyssée de Pi d’Ang Lee se termine par l’épisode suivant. Après que Pi ait parlé à deux représentants de l’entreprise de sa dérive fantasmatique, ces deniers ne le croient pas et veulent qu’il en donne une version plus réaliste (figure 1). Pi raconte alors une autre version de l’histoire de la survie en mer, pleine de meurtres, de cruauté et de désespoir. L’histoire se termine par les expressions horrifiées des deux représentants de la société, qui adoptent la première histoire. Enfin, Pi demande au journaliste laquelle des deux histoires il va croire. Le journaliste lui dit qu’il choisit celle avec le tigre. Pi répond : « Alors vous suivez Dieu. » Bien sûr, Dieu ici est davantage  un concept de bonté et d’espoir auquel nous pouvons croire.

(Figure 1) Life of Pi est sorti en Chine continentale le 22 novembre 2012. En 2013, le film a remporté quatre prix, dont ceux du meilleur réalisateur et des meilleurs effets visuels, lors de la 85e cérémonie des Oscars.

Guy Debord a publié La Société du spectacle en 1967.1 Le livre développe l’idée que le spectacle est une vision du monde matérialisée, une relation sociale entre les gens, médiée par les images.1 Debord souligne également les deux essences principales du spectacle : premièrement, le spectacle est devenu la cible du mode de production capitaliste actuel, le « mode de vie dominant » des gens. Le spectacle transforme la relation traditionnelle entre production matérielle et consommation en un ordre où l’information visuelle régit l’ordre économique. Deuxièmement, le spectacle a une fonction idéologique, son existence prouve la légitimité du capitalisme actuel; dans notre consommation de spectacle et notre conformité inconsciente à la vie de spectacle, nous participons directement au système existant. Le spectacle devient la « présence permanente » de la légitimité capitaliste. Aujourd’hui, nos vies sont remplies de toutes sortes de publicités, de nouvelles et de spam, ainsi que de téléchargements de toutes sortes de textes, de photos et de vidéos. Nous ne vivons pas seulement dans le spectacle, mais nous créons ensemble un nouveau spectacle, qui ne diffère que par la capacité à le créer. Chacun de nous crée des illusions pour obscurcir la réalité. Dans une société aussi informative, les désirs profonds des gens les poussent à se perdre dans le contrôle idéologique du spectacle.

La clé du contrôle idéologique du spectacle sont les médias. Les médias indiquent le droit de parole, et quiconque détient les médias dans une société de spectacle détient le discours. La lutte pour le pouvoir politique et le pouvoir du capital a également conduit à un affinement de la division sociale du travail et au perfectionnement des disciplines. L’utilisation, le contrôle, la manipulation et la direction des médias dans la quantification de plus en plus fine de la gestion ont rendu encore plus difficiles le tri et la distinction entre la vérité et la fausseté de l’information. Comme s’inquiétait Karl Popper dans son ouvrage classique sur la science politique, La Société ouverte et ses ennemis,2 quelles informations reste-t-il pour être crédible dans les nombreux spectacles de la société, construits mais conçus par la société ?

Aujourd’hui, dans un monde post-spectacle, où les changements technologiques ont apporté plus de possibilités de représentation, l’imbrication dense des orgies en ligne produites en masse a depuis longtemps complètement occulté le monde réel. Qu’il s’agisse de TikTok, Kuaishou, Bilibili ou Weibo,3 la plupart des informations sont générées et diffusées dans un but précis, afin de créer un spectacle ou d’influencer sa forme. Debord affirme que dans le concept de spectacle règne la priorité d’éradiquer l’information historique, de transformer la mémoire individuelle et collective ainsi que sa perception. Le spectacle « isole toute manifestation de son contexte, de son passé, de ses intentions et de ses résultats. C’est illogique. Comme rien ne le contredit, le spectacle a le droit de se contredire et de réviser son propre passé ».4 Et le paysage, par le biais de l’outil de surveillance de l’opinion que lui confère sa construction d’ingénierie sociale, peut immédiatement obscurcir ou déformer ce qui se passe. Ainsi, la recherche de la vérité dans la société du spectacle devient de plus en plus difficile. La « vérité » objective existe-t-elle encore ?

 L’histoire est en constante évolution, et dans le spectacle de l’idéologie dominante de l’État-nation, nous creusons, régulons et remplaçons constamment l’information pour reconstruire la mémoire individuelle et collective. Nous compilons l’information historique dans une perspective interrogative pour construire la rationalité du présent. Au milieu de la tromperie visuelle créée par la communication de masse, la forme et le message véritables ont été perdus depuis longtemps. La question de savoir qui interprète et comment il est reconstruit devient centrale. Internet peut sembler ouvrir des brèches dans un spectacle impénétrable, mais quelle possibilité les personnes domestiquées par le spectacle ont-elles pour en créer de nouvelles ? La diversité des opinions existe-t-elle encore pour les individus en raison des algorithmes de recommandation ? La capacité de discernement et le temps libre de la plupart des gens peuvent-ils supporter le coût de la recherche de l’authenticité ? Entre les mains de qui reposent les mécanismes de contrôle des plateformes Internet ?

L’aliénation et l’objectivation des êtres humains dans la société de spectacle que critique Debord sont devenues la norme dans ce monde, et la dissipation de l’Internationale Situationniste est une indication supplémentaire qu’il s’agit de la direction vers laquelle la société humaine se dirige. Mais dans une telle tendance, comment résister à la désinformation créée par la rationalité instrumentale de la modernité ? Dans une telle société de réseaux informationnels, comment l’information générée par les individus peut-elle transcender ce qu’ Arendt appelait  la « banalité du mal » ?

Comme sur l’internet chinois, le spectacle idyllique de la campagne chinoise dépeint par Li Ziqi 5dans ses courtes vidéos constitue un énorme contraste avec la véritable campagne délabrée et flétrie ; le futur sans but et l’anxiété des Shamates6 ruraux se transforment en un jeu et un geste singulier. Que ce soit dans un monde en ligne contrôlé par des algorithmes et des notifications, ou dans le mondede la dichotomie urbaine-rurale de la Chine, les connexions et les relations réelles entre les gens deviennent déformées et illusoires.

Figure 2 Matrix, réalisé par les frères Wachowski, est sorti dans trois films, Matrix, Matrix Reloaded et Matrix Revolutions, qui sont sortis respectivement aux États-Unis le 31 mars 1999, le 15 mai 2003 et le 5 novembre 2003

Hanna Arendt suggère que c’est un péché de refuser de penser. Mais après avoir fait de la recherche de la vérité une foi, après avoir enfin vu à travers le spectacle de la société des informations fausses et trompeuses, est-ce comme si nous avions volontairement avalé la pilule rouge de Matrix (figure 2) ? Comment faire face à ce monde réel ? En 1880, Dostoïevski avait déjà exploré ce sujet dans trois chapitres  des Frères Karamazov,7 soit « La Rébellion », « Le Chancelier religieux » et « Le Frère russe », la conclusion étant donnée dans le troisième. En fin de compte, tout se résume à la question de savoir si la foi de chacun consiste à choisir si l’on veut vivre dans la vérité, si l’on croit en la bonté de la nature humaine et en un avenir brillant, et si l’on est prêt à payer le prix de sa foi. Et c’est là que réside la raison d’être d’une société vertueuse.

   Il y a 62 ans, lors d’une interview avec John Feldman, animateur de l’émission britannique Face à Face, le philosophe britannique Bertrand Russell, âgé de 87 ans, a été interrogé sur les leçons de vie qu’il pourrait partager avec les générations futures. Russell a répondu :

   « Il existe deux choses, l’une est la sagesse et l’autre la moralité. À la sagesse, je dirais : que vous étudiiez ou pensiez à la philosophie, demandez-vous simplement quels sont les faits. Quelle est la vérité telle que démontrée par les faits ? Ne vous laissez pas distraire par ce que vous souhaitez croire, ni par les avantages sociaux que vous pensez obtenir si vous y croyez. Ne regardez que ce qu’est la vérité, et c’est ce que je veux dire sur la sagesse. »8

   À l’ère de l’après-spectacle, il est souvent difficile de faire la distinction entre les informations superficielles et les informations réelles. Lorsque les mensonges sont emballés avec une rhétorique puissante, les soi-disant informations objectives et vraies sont introuvables. Dans le domaine pluraliste décentralisé de l’opinion publique, chacun choisit de façonner le discours de la soi-disant « vérité » à partir d’une position particulière. Malgré le fait que le spectacle est devenu omniprésent de nos vies, il est toujours important de garder la foi, et les êtres humains doivent garder les pieds sur terre. Cela correspond peut-être au sauvetage de Pi dans L’Odyssée de Pi, c’est-à-dire au processus d’évolution vers une société humaine plus mature. Bien sûr, j’espère aussi sincèrement que notre société sera finalement comme celle qui a suivi le sauvetage de Pi.

 Le tigre finit par partir et ne regarde même pas en arrière. (Figure 3)

(Figure 3) de Life of Pi.

Références

1[France] Guy Debord《La Société du spectacle》La Société du spectacle,Guy Debord,   1967  Gallimard

2 [Angleterre] Karl Popper《La Société ouverte et ses ennemis》,The Open Society and Its Enemies. Karl Popper. 1945 Routledge.

3 Douyin est une application sociale de courte vidéo qui a été lancée en Chine le 20 septembre 2016. L’application permet aux utilisateurs de choisir des chansons pour tourner de courtes vidéos musicales et de les publier pour les partager. La plateforme mettra à jour les vidéos préférées des utilisateurs en fonction de leurs préférences. Bilibili est une communauté culturelle en ligne et une plateforme vidéo pour les jeunes en Chine, connue sous le nom de “Station B” par ses utilisateurs, qui a été cotée au NASDAQ aux États-Unis le 28 mars 2018. Kuaishou, une communauté en ligne de courts-métrages vidéo, est une plateforme permettant aux utilisateurs d’enregistrer et de partager leur production et leur vie. Weibo, un média social en ligne en Chine, permet aux utilisateurs de partager et de diffuser des informations de manière instantanée et interactive sous forme de textes, d’images, de vidéos et d’autres supports multimédias.

4 [France] Guy Debord《La Société du spectacle》La Société du spectacle,Guy Debord,   1967  Gallimard

5 Li Ziqi(1990-)Originaire du Sichuan, en Chine, créateur de courtes vidéos sur la nourriture ancienne, blogueur sur Youtube avec des millions de fans.

6 Shamate, vient de l’anglais SMART, est populaire sur Internet. Il se caractérise par l’imitation des costumes des groupes de rock visuel européens, américains et japonais, et les principaux acteurs sont pour la plupart des migrants urbains des zones rurales de l’après-90.

7 [Russie] Dostoïevski, « Les frères Karamazov »,The Brothers Karamazov.  Fyodor Dostoevsky,1879–80, The Russian Messenger (as serial).

8 En 1959,John Freeman est l’invité de l’émission Face to Face. Il a dit: «Je voudrais dire deux choses, une intellectuelle et une morale. La chose intellectuelle que je voudrais leur dire est la suivante: lorsque vous étudiez une question ou envisagez une philosophie, demandez-vous seulement: quels sont les faits et quelle est la vérité que les faits confirment. Ne vous laissez jamais détourner ni par ce que vous voulez croire, ni par ce que vous pensez avoir des effets sociaux bénéfiques si on le croyait. Mais regardez seulement, et uniquement quels sont les faits. C’est la chose intellectuelle que je voudrais dire. La chose morale que je voudrais leur dire est très simple. Je devrais dire: l’amour est sage, la haine est insensée. Dans ce monde de plus en plus interconnecté. Nous devons apprendre à nous tolérer, nous devons apprendre à supporter le fait que certaines personnes disent des choses qui ne nous plaisent pas. Nous ne pouvons qu’ensemble de cette manière. Et si nous voulons vivre ensemble et ne pas mourir ensemble. Nous devons apprendre une sorte de charité et une sorte de tolérance absolument vitales.»


Né en 1970 à Chengdu, en Chine, est titulaire d’une maîtrise et est actuellement professeur et vice-président de l’Institut des beaux-arts du Sichuan et vice-président de la Société chinoise de sculpture. Il se consacre à la création et à la recherche théorique de l’art public et de la sculpture contemporaine. Il a organisé des expositions personnelles de ses œuvres au Galerie des saisons de Pékin (China Art Seasons, Beijing), au Centre d’art de Hong Kong (Hong Kong Arts Centre, Hong Kong), au Canvas Internatioal Art de Pay-bas, au Musée d’art d’Asie de l’Est de Bath (Museum of East Asia, Bath, Britain), Musée d’art contemporain de Taipei (MOCA Taipei) et au Centre d’art OCT de Shanghai. En 2012, il a lancé le projet « Coopérative d’art de Yangden » dans la petite ville de Yangdeng du comté de Tongzi au Guizhou, et continue à le faire aujourd’hui. Il vit et travaille maintenant à Chongqing, en Chine.

Publication précédente
Sommaire
Publication suivante
03
Vérité et Croyance
JUIN 2021
Auteur

Né en 1970 à Chengdu, en Chine, est titulaire d’une maîtrise et est actuellement professeur et vice-président de l’Institut des beaux-arts du Sichuan et vice-président de la Société chinoise de sculpture. Il se consacre à la création et à la recherche théorique de l’art public et de la sculpture contemporaine. Il a organisé des expositions personnelles de ses œuvres au Galerie des saisons de Pékin (China Art Seasons, Beijing), au Centre d’art de Hong Kong (Hong Kong Arts Centre, Hong Kong), au Canvas Internatioal Art de Pay-bas, au Musée d’art d’Asie de l’Est de Bath (Museum of East Asia, Bath, Britain), Musée d’art contemporain de Taipei (MOCA Taipei) et au Centre d’art OCT de Shanghai. En 2012, il a lancé le projet « Coopérative d’art de Yangden » dans la petite ville de Yangdeng du comté de Tongzi au Guizhou, et continue à le faire aujourd’hui. Il vit et travaille maintenant à Chongqing, en Chine.

Version PDF