HAS 05: Call for Contributions

Spaces & Places

HAS Magazine launches a call for contributions for its fifth issue to be published in June/July 2022.

Lire en français

 阅读简体中文版

The goal of HAS Magazine is to discuss pressing topics through the analysis of a wide range of themes in the humanities, the social sciences, and the arts. Conceived as a magazine for the broadest possible range of readers, HAS offers a space for staging the most creative, enlightening, imaginative, and socially relevant interactions of the humanities and the arts.

Our aim is not simply to report on existing ideas or to reproduce art that examines issues of importance, but to contribute to the achieving of actual progress in cultural exchange and multi-disciplinary collaboration. Information, education, creativity, communication, and thought provocation will be merged, in order to provide a platform for positive change in society—local and worldwide—with the help of the humanities and the arts. We connect curious readers with enthusiastic writers and practitioners willing to work to improve upon current global challenges, through demonstrations of how the humanities and the arts can have an impact on society.

HAS Magazine is an initiative of the Humanities, Arts and Society project with UNESCO-MOST, the International Council for Philosophy and Human Sciences, Mémoire de l’Avenir and Global Chinese Arts & Culture Society.

We welcome contributions from scholars, researchers, critics, artists, and any interested parties who find the above aims important and would like to be part of the project. HAS Magazine is not an academic journal and texts should be written in a language accessible to a broad, non-expert audience. HAS is not a commercial venture and is available online for free in English, French and Chinese in order to reach the broadest possible audience. Due to the non-profit nature of the publication, contributions are on a voluntary basis.

The published contributions include essays, reviews, critiques, interviews, artistic projects, video and photo reportages, and news. The editorial committee is constituted by members of UNESCO-MOST, the International Council for Philosophy and Human Sciences and Mémoire de l’Avenir.

Politically biased or discriminatory content will not be accepted. Promotional or commercial content should be avoided.

The theme of the fifth issue is Spaces & Places: two dimensions of Being. We aim to investigate this topic from a multi- and cross-disciplinary perspective—including but not limited to philosophy, history, anthropology, archaeology, literature, sociology, economics, political science, and post-humanities scholarship.

© Andrew Gook

More information about the theme

Humans live in places, the positions from which they perceive space as a series of landscapes. While space/time is the context that encompasses life and all of its possibilities and constraints, the perception of space is continuously constructed, and deconstructed, through geopolitical, social, and economic—in a word, cultural—drivers. Notions of nature, ecology, resources, and well-being are fundamental dimensions of such a process.

While continuous, isomorphic, space is perceived from the outside as a series of often-conflicting, occasionally disconnected, and fundamentally diverse landscapes; places are experienced from within, as a rather more sophisticated, multi-sensorial mechanism of apprehension that renders places closely related to basic human performances—eating, dwelling, making, talking. Places, once looked at through the prism of social relations are the cultural keys to deciphering meaning through viewpoints that allow for collective cultural convergence.

Whereas a place often denotes a specific location, when investigating the notion ‘place’, we must widen our view from location to territory, as a network of the various scales by which we define space and place at once. Ultimately, a place is the ground for shaping cultures and mindsets through collective agency and tasks, while a landscape is an understanding of space rooted in those cultures. This is why different people may “see” different landscapes in the same space/territory, but all those belonging to a place have a convergent understanding of it, even if with a degree of diversity. This is also why, once a place is perceived differently from its dwellers, the perceiver no longer sees the place, but a landscape.

A “place,” in other words, is a cultural locus—socially constructed, operating through interactions between people, institutionalized use, political and economic decisions, language, and representation, all embedded within a convergent (mythical) understanding of the past. An individual’s identity is characterized by their social systems—gender, age, family background—but, beyond those, by wider cultural traditions which are consolidated and renewed through ritual performances. These different identifications enable the person to be identified socially and to construct what is known as his or her social or collective place and space. They also allow for establishing a sense of community, beyond the divides driven by social, economic, or other contextual constraints.

Each individual belongs simultaneously to different groups, and to a set of references constituted by groups, but at the same time this diversity converges into layers of identity which tend, in time, to encompass a larger or lesser ethnic diversity—i.e., being closer or more distant from a notion of Humanity. Religion, science, tradition, arts and other forms of knowledge play an important role in creating limits and designing personal spaces, as well as social practices and moral positions.

No society has been built by being closed in—every culture was influenced by exchanges with other cultures, producing elastic social, commercial, and linguistic, spaces and places. Thanks to expanding forms of expression, the confronting of audiences beyond social, cultural, or habitual limits, the exchange of ideas has become possible across specific spaces and places, as well as beyond one’s familiarity or comfort.

Places have a major role in reminding us of our past. They act as connections with special times or occasions in our lives. This encompasses at once the physical and mental space of each of us, within social, economic, and political spaces and places. These spaces may stay tendentially ethnocentric, or increase their scope by embracing wider landscapes and moving beyond self-centred memories into globally-shared, human histories. Spaces and places are a way to define culture(s), as they shape those cultures through tangible and intellectual experiences.

Is space “real” or is it “ideal”? What is the relationship between space and the mind? Focusing on the symbolic structures of spaces and places, trying to comprehend beliefs, myths, and religions, multiple, and often quite contradictory meanings can co-exist in one place, within one space, at the same time.

Our multimedia networks are virtual spaces. Due to on-line global networking, one must consider these places and spaces as both private and global. Space and place are also virtual, economic, and geo-political entities that today require global reflections on sustainable development goals, looking to protect the lives and the rights of present and future.

GENERAL REQUIREMENTS

Contributors may submit texts in English or French. The language should be accessible to a broad audience and non-experts of the subject.

Contributions can be up to 3000 words in length and include 3-8 images minimum 300 dpi (jpeg)

Contributions can also be presented in video (MP4) or audio formats (MP3).

Citations and references should use the Chicago-style.

Submissions accompanied by a short biography (100 words) and abstract (100 words), should be sent to: magazine@humanitiesartsandsociety.org

For questions and more information: contact@humanitiesartsandsociety.org

The deadline for submissions is March 27th, 2022 at midnight, Central European Time.

has04


has04

HAS 04 : Appel à contributions – Espaces et Lieux

La Revue HAS – Humanities, Arts and Society – lance un appel à contributions pour son cinquième numéro à paraître en Juin/Juillet 2022.

Depuis sa création en juin 2020, la revue a pour objectif de décrypter les enjeux actuels, à l’échelle mondiale, par le biais des sciences humaines et des arts. Elle offre un espace d’expression aux initiatives les plus créatives, éclairantes, imaginatives et pertinentes sur le plan social toujours par le prisme de la créativité.

Notre intention n’est pas seulement de rendre compte de travaux existants ou de présenter des propositions artistiques, mais de contribuer au progrès par des échanges culturels et des collaborations multidisciplinaires. Information, éducation, créativité, communication, pensée critique seront ici réunies pour créer un tremplin vers un changement positif dans la société – à l’échelle locale et mondiale. Pour cela, nous proposerons à des lecteurs curieux les contributions de chercheurs et de spécialistes passionnés, désireux de relever les défis actuels en proposant des idées ou des actions à mener en même temps qu’ils démontrent comment les sciences humaines et les arts en collaborant ensemble peuvent avoir un impact sur la société.

La revue HAS est une initiative du projet Humanities, Arts and Society avec UNESCO-MOST, le Conseil international de la philosophie et des sciences humaines, Mémoire de l’Avenir et Global Chinese Arts & Culture Society.

La revue propose les contributions d’universitaires, de chercheurs, de critiques, d’artistes, mais également celles de toute personne sensible aux objectifs de HAS et souhaitant s’impliquer. HAS n’est pas une publication académique et les textes doivent être vulgarisés afin d’être accessibles aux non-experts. La revue, afin d’être accessible au plus grand nombre, est gratuite et disponible à télécharger en ligne en français, en anglais et en chinois. De fait, en tant que publication à but non lucratif, elle ne peut pas proposer de rémunération aux contributeurs.

Les textes publiés comprennent des articles scientifiques, essais, critiques, entretiens, mais également des projets artistiques et des reportages vidéo et photos. Le comité éditorial est constitué de membres d’UNESCO-MOST, du Conseil international de la philosophie et des sciences humaines et de Mémoire de l’Avenir.

Les contenus biaisés ou discriminatoires ne seront pas acceptés. Les contenus promotionnels ou commerciaux doivent être évités.

Le cinquième numéro a pour thématique Espaces et Lieux: deux dimensions de l’Être. Nous souhaitons examiner ce sujet via une perspective multi et transdisciplinaire incluant – liste non exhaustive : la philosophie, l’histoire, l’anthropologie, l’archéologie, la littérature, la sociologie, l’économie, les sciences politiques, la linguistique, l’archéologie, l’esthétique, l’éthique.

© Andrew Gook

Plus d’informations sur le thème

L’être humain habite des lieux; il occupe des places à partir desquelles l’espace se perçoit comme une série de paysages. Si l’espace-temps est le contexte qui encadre la vie, avec ses possibilités et ses limites, la perception de l’espace est quant à elle sans cesse construite et déconstruite par des facteurs géopolitiques, sociaux ou économiques – autrement dit, par des facteurs culturels. Les notions de nature, d’écologie, de ressources ou de bien-être sont des dimensions fondamentales de ce processus.

Si l’espace – isomorphe et continu – peut être perçu de l’extérieur comme une série de paysages souvent contradictoires, disjoints et fondamentalement divergents, les lieux quant à eux sont vécus de l’intérieur à travers un mécanisme de compréhension sophistiqué et multisensoriel qui les relie de façon étroite aux activités humaines de base telles que manger, habiter, fabriquer ou parler. Lorsque nous les regardons à travers le prisme des relations sociales les lieux deviennent les clefs culturelles qui nous permettent de dégager du sens à partir des perspectives de convergence culturelle collective.

Bien qu’un lieu désigne généralement un emplacement spécifique, lorsque nous approfondissons le concept de lieu il convient de délaisser l’idée d’emplacement au profit de celle plus large de territoire, au sens d’un ensemble dynamique d’échelles différentes par lesquelles nous définissons à la fois l’espace et le lieu. En fin de compte, un lieu est le terrain sur lequel prennent forme les cultures et les mentalités par la réalisation de tâches et d’actions collectives, tandis qu’un paysage est la compréhension commune de l’espace qui prend racine dans ces cultures. Cela explique pourquoi, dans un même espace, différentes personnes peuvent “voir” différents paysages, alors que les habitants d’un même lieu auront tous, à quelques degrés près, des compréhensions concourantes du lieu en question. Cela explique aussi pourquoi, une fois qu’un habitant modifie sa perception d’un lieu, ce n’est plus le lieu qu’il voit mais un paysage.

Autrement dit, un lieu est un topos culturel, une construction sociale qui agit par le biais d’interactions entre les gens, d’usages institutionnels, de décisions politiques et économiques, du langage et de représentations – autant d’éléments imbriqués dans un entendement commun, admis (et mythique) du passé. L’identité d’un individu est définie par des systèmes sociaux – son genre, son âge, son milieu familial – mais aussi par des traditions culturelles plus vastes qui sont continuellement consolidées et renouvelées par des performances ritualisées. Ces différentes identifications permettent à l’individu d’être socialement identifiable et de construire son lieu et son espace dans leurs dimensions collectives et sociales. Elles permettent également d’établir un sens de la communauté qui dépasse les divisions créées par les contraintes sociales, économiques ou autres.

Chaque individu appartient simultanément à différents groupes ainsi qu’à un ensemble de références constitué par ces groupes. Cependant, cette multiplicité converge dans des couches d’identité qui, avec le temps, englobent une diversité ethnique plus ou moins importante selon si elles s’approchent ou s’éloignent de la notion d’Humanité. La religion, la science, la tradition et encore d’autres formes de connaissances jouent un rôle central dans l’élaboration et la délimitation d’espaces personnels, de pratiques sociales et de positions morales.

Il n’y a pas de société qui se soit construite en se refermant sur elle-même – chaque culture a connu l’influence des échanges avec d’autres cultures, produisant ainsi des lieux et des espaces élastiques, que ce soit dans sa sphère sociale, commerciale ou linguistique. Grâce à l’expansion des formes d’expression, à une confrontation de publics au-delà des limites sociales, culturelles ou habituelles, l’échange d’idées n’est plus limité par la spécificité des espaces et des lieux et se déploie désormais par-delà la familiarité ou le confort de chacun.

Les lieux jouent un rôle majeur dans notre expérience du souvenir en nous reliant à des moments privilégiés ou des événements particuliers de nos vies. Cela englobe à la fois l’espace physique et mental de chacun d’entre nous au sein de lieux et d’espaces aussi bien politiques et culturels que sociaux. Ces espaces peuvent soit rester tendanciellement ethnocentrique soit élargir leur portée en embrassant des paysages plus vastes et en dépassant le souvenir autocentré pour aller vers une histoire humaine commune. Les espaces et les lieux sont un moyen de définir les cultures, car ils les façonnent par des expériences tangibles et intellectuelles.

L’espace relève-t-il du réel ou de l’idéal ? Quel rapport existe-t-il entre l’espace et l’esprit? En s’attachant aux structures symboliques d’espaces et de lieux, en essayant de comprendre les croyances, les mythes et les religions, nous découvrons que des significations multiples et souvent contradictoires peuvent coexister dans un même lieu, au sein d’un même espace, au même moment.

Nos réseaux multimédias sont des espaces virtuels. En raison de la portée planétaire de ces réseaux en ligne, il convient de considérer ces lieux et ces espaces comme étant à la fois privés et mondialement publics. L’espace et le lieu sont aussi des entités virtuelles, économiques et géopolitiques qui exigent une réflexion mondiale sur nos objectifs en matière de développement durable, afin de protéger les vies et les droits de nos présents et nos futurs.

Conditions générales

Les contributions peuvent être envoyées en français ou en anglais. Le langage doit être vulgarisé et accessible au grand public.

Les contributions peuvent compter – jusqu’à 3000 mots et entre 3 et 8 images – minimum 300dpi (jpeg)

Les contributions peuvent aussi se présenter sous format vidéo (format MP4) ou sonore (format mp3).

Les citations et références académiques doivent être soumis en Chicago-style

Il relève de la responsabilité de l’auteur d’obtenir toutes les permissions nécessaires concernant les matériaux soumis.

Les propositions devront être accompagnées d’une biographie (100 mots) et d’un un abstract (100 mots) à envoyer à l’adresse suivante :

magazine@humanitiesartsandsociety.org

via Wetransfer ou autre plateforme de transfer de fichier

Pour plus d’information, contactez contact@humanitiesartsandsociety.org

Date limite d’envoi des contributions : 27 mars, 2022 minuit, heure de Paris.

has04


has04