A project by UNESCO – MOSTC.I.P.S.HG.C.A.C.S.Mémoire de l’Avenir
Artists and projects
Art map
Around the world
Mémoire de l'avenir
HAS magazine
English
Français
中文
Open call
About us
The project
Founders
Who we are
Get involved
Contact
/ HAS MAGAZINE
Et si l’âme était quantifiable ?
Hang LU
Artiste
PERFORMING
THINKING
Le Big Data est utilisé ces dernières années de manière expérimentale dans la création d’œuvres artistiques. Alors que la technologie et les données de l’Intelligence Artificielle entrent dans le monde de l’art, comment les résultats se comparent-ils aux productions artistiques humaines et au rôle de l’artiste dans la création d’une œuvre d’art ?

Hang LU, Mappemonde, huile sur toile, 2020

Les définitions de l’art, de la beauté et de l’artiste changent constamment à chaque époque. Aujourd’hui, nous sommes à nouveau au point de départ de grands changements. La technologie nous emmènera lentement dans un autre monde : par exemple, la vie infinie, l’intégration homme-machine, le Big Data, l’informatique quantique, les robots d’Intelligence Artificielle. Tout dans la société sera identique aux scénarios des films de science-fiction. Nos définitions, concepts et éthiques actuels seront redéfinis.

Cependant, si l’art du futur sera différent de celui d’aujourd’hui, je pense que les arts essentiels – peinture, sculpture, danse, chant – ne peuvent être remplacés, car ils proviennent de la nature primordiale de l’être humain. Les enfants naissent pour jouer avec la boue et faire des dessins. Cependant, un jour, les êtres humains auront quantifié leur âme. Quand l’art sera fait à 100% par des êtres artificiels, je crois que les êtres humains recommenceront à innover, et ce sera la prochaine renaissance de l’humanité.

Apprendre et créer la peinture de portrait de Rembrandt

En octobre 2016, Le projet The Next Rembrandt a été présenté par J. Walter Thompson en collaboration avec ING, Microsoft, les conseillers de TU Delft, The Mauritshuis et le Rembrandt House Museum. En utilisant les méga-données, 346 œuvres de Rembrandt ont été analysées et l’œuvre « suivante » de Rembrandt a été déduite par intelligence artificielle, et elle a été imprimée. C’est un cas intéressant qui pose la question: que peut créer l’utilisation du Big Data avec l’apprentissage de l’Intelligence Artificielle ?

À mon avis, les peintures de Rembrandt expriment l’éclat de la nature humaine par sa superbe habileté. Cependant, les algorithmes formés par l’apprentissage machine, après analyse de grandes données, ne peuvent que produire une imitation d’une peinture de Rembrandt – un faux de haute qualité.

La production de l’œuvre par la machine est différente de celle de Rembrandt dans le sens où l’art est une expression du cœur, de la personnalité de l’artiste. A la différence de l’algorithme qui se concentre sur le résultat de l’expression, l’art se base sur son processus. l’algorithme ne permet que d’en imiter le style. L’expérience Next Rembrandt est une tentative d’obtenir de nouveaux algorithmes en étudiant des exemples existants et en les copiant, au lieu de créer des algorithmes qui sont motivés par l’émotion. L’inspiration, l’imagination et l’intuition ne peuvent être obtenues par l’intelligence artificielle.

Le but de la création d’un artiste est l’expression de ses désirs. Cela exige de lui une observation attentive du monde, d’être le témoin et le révélateur de la vie des gens, de leurs sentiments d’insignifiance, des grands et des petits événements, des joies et les peines de l’humanité.

Les artistes sont des oiseaux moqueurs de leur temps et de la nature humaine. Ils possèdent de larges antennes et peuvent rapidement
« recevoir » les changements et les évolutions de leur époque –  problèmes cachés, orientations futures, etc. Ce n’est que dans ces conditions que l’on peut commencer à exprimer ses désirs. Les œuvres créées par des artistes sincères envers eux-mêmes sont des expressions de la nature, et ne sont pas créées simplement pour le plaisir de créer.

Hang LU, La Porte, huile sur toile, 2017

Dans la peinture La Porte, nous pouvons voir les lourdes portes de fer, les soldats sous les lumièreset le ciel sombre … ceux-ci viennent de mes impressions et de mes sentiments quand je suis entré aux portes des agences gouvernementales quand j’étais enfant. Plus de 20 ans plus tard, les impressions d’un autre monde caché derrière une rue bruyante m’ont
poussé à prendre mon pinceau et à dessiner mes souvenirs. Je ne peux pas imaginer comment nous pouvons quantifier cette expérience personnelle. De
plus, la machine a la motivation de créer un travail sur l’humain par l’algorithme.

Le plus important dans une peinture n’est pas ce que le public pense après l’avoir vue, mais si le public peut être touché dans l’âme en la voyant. Le moyen le plus direct et le plus puissant pour les gens de communiquer est de mener un dialogue spirituel par le biais de l’art. Le processus de création artistique est complexe et requiert de l’intuition, du sentiment, de l’imagination, de la prémonition, de l’auto-observation, la capacité à transcender les erreurs et bien d’autres qualités. Certaines créations ne sont le fruit que d’une coïncidence intentionnelle.

Dans mon travail de création, je m’appuie sur mon jugement intuitif, mon inspiration et mon imagination pour trouver de nouvelles expressions. En peignant, mon cœur communique avec l’image, et une grande partie de mon inspiration vient des réactions que j’ai face à l’image. En recevant un retour de l’image, mon imagination est stimulée, et mes décisions sont prises par intuition. En d’autres termes, la relation entre le tableau et moi n’est pas la relation entre Dieu et le monde, mais la relation entre le jardinier et les fleurs. Il est difficile pour moi d’imaginer comment de grandes données peuvent participer à ce genre de processus créatif. L’inspiration, l’imagination et l’intuition sont difficiles à traduire en un algorithme. Si l’on tente de traduire la créativité en un algorithme, sans participation humaine, quel en sera le résultat ? Le plus important à comprendre est que les artistes ont une perspective humaine. Comment une opération logique inanimée, numérique, peut-elle exprimer une émotion ?

Un rôle auxiliaire accéléré sur la création

La création artistique n’a pas pour but de résoudre des problèmes mathématiques. La réponse de chacun à un problème artistique ne sera pas la même. Le but de l’éducation artistique est d’apprendre aux élèves à acquérir les qualités qu’un artiste devrait avoir, et non à devenir une machine à produire des œuvres d’art. Par conséquent, si les gens veulent vraiment s’appuyer sur le Big Data, l’Intelligence Artificielle crée de l’art. Tout d’abord, nous devons faire face aux cinq problèmes suivants :

1. Trouver la valeur de l’art dans une société dominée par l’Intelligence Artificielle du Big Data ;

2. Le Big Data a besoin de données 100% vraies et précises, ce qui exige que tous ceux qui fournissent des données soient absolument justes ;

3. Quantifier les concepts abstraits, tels que vérité, gentillesse, beauté, émotion, humanisme, valeurs universelles, etc. ;

4. Établir des algorithmes viables qui peuvent être « créatifs ». Par exemple : Comment un algorithme peut-il générer des erreurs et les utiliser ?

5. Comprendre parfaitement les gens et
« numériser » des caractéristiques humaines telles que l’inspiration, l’imagination, l’intuition, divers sentiments exquis, la structure psychologique, etc.

Nous n’avons pas été capables de résoudre ces problèmes. Par conséquent, à mon avis, les grandes données et l’intelligence artificielle joueront un rôle croissant mais auxiliaire dans la création artistique de l’avenir. Un cadre d’information ne peut pas générer et résoudre des problèmes esthétiques, tout comme les gènes d’une personne ne peuvent pas déterminer complètement son destin.

Les artistes créent des problèmes particuliers qui viennent d’eux-mêmes. Dans mon processus de création, je profite de la facilité apportée par les grandes données. Lorsque j’étudie la peinture et l’histoire, le fait de pouvoir trouver toutes sortes d’informations textuelles et picturales rend mes recherches beaucoup plus approfondies. C’est pourquoi je pense que les grandes données joueront un rôle important, bien qu’auxiliaire, dans l’éducation artistique.

Méga-données inspirantes

J’observe depuis quelques temps l’essor dans le monde de l’art  de la tendance artistique du Big Data et de l’Intelligence Artificielle.Deux erreurs apparaissent fréquemment dans les ouvrages. La première est l’idée de la création pour le bien de la création – la poursuite d’un algorithme qui, une fois pour toutes, produit des « œuvres d’art » en continu. La deuxième erreur consiste à se fier aux grandes données et à l’Intelligence Artificielle pour améliorer le sens décoratif, scientifique  et technologique de l’art tout en ignorant son essence.

Il est certain que ce type d’art est en phase de développement. Peut-être qu’après un nouveau développement, des choses nouvelles et intéressantes émergeront. Cependant, il reste à voir si cette forme d’art perdurera ou disparaîtra en raison de la logique de l’intelligence artificielle qui la distingue des humains.

Previous publication
Summary
Next publication
01
Big data and
singularities
JUNE 2020
PERFORMING
THINKING
L'auteur

Artiste diplômé de L’École des beaux-art du Sichuan en Chine et de L’École nationale supérieure d’art de Bourges en France. Il a exposé au Blue Roof Museum (Chine) et à la Galerie CROUS (France).

PDF version