/ HAS MAGAZINE
MediaWarfare
Cassandra Zampini
Artiste digitale
Le travail de Cassandra Zampini explore le labyrinthe créé par les théories du complot et leur influence sur notre vision du monde, nos relations personnelles et nos opinions.

MediaWarfare, Cassandra Zampini, 2020

MediaWarfare (GuerreMédiatique) explore les façons dont la diffusion d’information ou de désinformation sur les réseaux sociaux agit sur nos visions du monde, nos relations interpersonnelles et nos opinions.

L’œuvre regroupe des vidéos trouvées sur la toile qui exposent des théories du complot. Plusieurs centaines de vidéos étiquetées avec des hashtags comme #secondcivilwar (seconde guerre civile), #nothingcanstopwhatscoming (rien ne pourra arrêter ce qui vient), ou #hollyweird (hollywood étrange) ont été téléchargées puis compilées dans une vidéo de 25 minutes.

Dès qu’un extrait disparaît, il est remplacé par le suivant. Les éléments sonores ont tous été extraits des vidéos originales puis intercalés tout au long de l’œuvre.

Alors qu’à première vu on pourrait y voir une seule vidéo en continu, l’œuvre regroupe en réalité des centaines de vidéos similaires, faisant ainsi la démonstration du bombardement d’information constant qui est à l’œuvre sur les réseaux sociaux.

Cassandra Zampini est une photographe new-yorkaise devenue artiste digitale. Elle crée des collages d’images extraites des médias sociaux et d’autres sources Internet qui visent à stimuler l’introspection sur les effets temporaires et permanents de notre monde technologique en constante évolution. Les impressions numériques et la vidéo traduisent les préoccupations de l’artiste sur les questions d’abus de données, d’authenticité et de vie privée. Zampini cherche à illustrer à la fois notre sentiment actuel d’identité personnelle – à travers les “selfies” et les gestes – et notre identité culturelle collective du point de vue de la politique et du consumérisme.

Le travail de Cassandra Zampini a fait l’objet d’expositions individuelles et collectives dans des musées et des galeries, dont le Museum of Fine Arts, Houston et le Center for Creative Photography, AZ, ainsi que l’Arnot Art Museum à Elmira, NY ; la Spectra Gallery de l’Université du Nouveau-Mexique ; Colorado Photographic Arts Center, CO ; Griffin Museum of Photography à Winchester, MA ; Artyard à Frenchtown, NJ ; et 555 Gallery, Broomfield Gallery, Fidelity Investments, et Carroll & Sons Art Gallery à Boston, et Rick Wester Fine Art à Chelsea, NYC. En outre, ses photographies font partie de collections privées, publiques et d’entreprises, notamment celles du Museum of Fine Arts de Houston et de Pioneer Investments à Boston.

 

Publication précédente
Sommaire
Publication suivante
03
Vérité et Croyance
JUIN 2021
Auteur

Cassandra Zampini est une photographe new-yorkaise devenue artiste digitale. Elle crée des collages d’images extraites des médias sociaux et d’autres sources Internet qui visent à stimuler l’introspection sur les effets temporaires et permanents de notre monde technologique en constante évolution. Les impressions numériques et la vidéo traduisent les préoccupations de l’artiste sur les questions d’abus de données, d’authenticité et de vie privée. Zampini cherche à illustrer à la fois notre sentiment actuel d’identité personnelle – à travers les “selfies” et les gestes – et notre identité culturelle collective du point de vue de la politique et du consumérisme.

Le travail de Cassandra Zampini a fait l’objet d’expositions individuelles et collectives dans des musées et des galeries, dont le Museum of Fine Arts, Houston et le Center for Creative Photography, AZ, ainsi que l’Arnot Art Museum à Elmira, NY ; la Spectra Gallery de l’Université du Nouveau-Mexique ; Colorado Photographic Arts Center, CO ; Griffin Museum of Photography à Winchester, MA ; Artyard à Frenchtown, NJ ; et 555 Gallery, Broomfield Gallery, Fidelity Investments, et Carroll & Sons Art Gallery à Boston, et Rick Wester Fine Art à Chelsea, NYC. En outre, ses photographies font partie de collections privées, publiques et d’entreprises, notamment celles du Museum of Fine Arts de Houston et de Pioneer Investments à Boston.

 

Version PDF