/ HAS MAGAZINE
Appel à contributions : Disruption et integration, deux dimensions motrices de la durabilité
HAS Magazine
Humanities, Arts and Society
La Revue HAS – Humanities, Arts and Society – lance un appel à contributions pour son sixième numéro à paraître en Janvier/Février 2023.

L’objectif de HAS Magazine est de créer un espace de réflexion sur les sujets pressants à travers  à travers l’analyse d’un large éventail de thèmes au sein des sciences humaines, sciences sociales et des arts. Conçu comme un magazine destiné au public le plus large possible, HAS offre à travers les domaines de la créativité, de la recherche et de l’expérimentation, un espace d’expression aux initiatives les plus éclairantes, imaginatives et socialement pertinentes des sciences humaines et des arts.

Notre intention n’est pas seulement de rendre compte de travaux existants ou de valoriser des propositions artistiques, mais plutôt de contribuer à l’enrichissement des savoirs en créant des ponts qui puissent favoriser les échanges culturels et les collaborations multidisciplinaires, notamment, en publiant des rapports de recherche et d’expérimentation en cours de réalisation dans le domaine des sciences humaines et des arts. Information, éducation, créativité, communication, pensée critique seront ici réunies pour créer un tremplin vers des changements positifs dans la société – à l’échelle locale et mondiale. Pour cela, nous proposerons à des lecteurs curieux les contributions de chercheurs et de spécialistes passionnés, désireux de relever les défis actuels en proposant des idées ou des actions à mener, tout en démontrant comment la collaboration entre sciences humaines et arts peut avoir un impact certain sur la société.

La revue HAS est une initiative du projet Humanities, Arts and Society (HAS), présidé par UNESCO-MOST, le Conseil International de la Philosophie et des Sciences Humaines (CIPSH), et Mémoire de l’Avenir. La revue souscrit aux objectifs de l’UNESCO et du CIPSH, tels qu’ils sont énoncés dans leurs constitutions, et notamment à la stratégie actuelle de durabilité promue par le programme BRIDGES au sein d’UNESCO-MOST.

Les contributions d’universitaires, de chercheurs, de critiques, d’artistes et de toute personne intéressée par les objectifs susmentionnés et désireuse de participer au projet sont les bienvenues. HAS Magazine est une publication transdisciplinaire et les textes doivent être rédigés dans un langage accessible à un large public non expert, tout en conservant la rigueur des expressions conceptuelles et performatives, qui seront évaluées en peer-reviewing aveugle. HAS étant une organization / un projet non-commercial à visée démocratique, sa revue est diffusée en accès libre et gratuit en anglais, français et chinois. En raison de la nature non lucrative de la publication, HAS accueille les contributions sur une base volontaire.

Les contributions publiées comprennent des essais, des comptes rendus, des critiques, des interviews, des projets artistiques, des reportages vidéo et photo, et des nouvelles. Le comité éditorial est constitué de membres d’UNESCO-MOST, du Conseil International de la Philosophie et des Sciences Humaines et de Mémoire de l’Avenir.

Les contenus politiquement biaisés ou discriminatoires ne seront pas acceptés. Les contenus promotionnels ou commerciaux sont à éviter.

Le sixième numéro a pour thématique 

Disruption et intégration, deux moteurs essentiels pour la durabilité de tout système.

Nous souhaitons examiner ce sujet d’un point de vue pluridisciplinaire et transdisciplinaire, incluant – liste non exhaustive – notamment : la philosophie, l’histoire, l’anthropologie, l’archéologie, la littérature, la sociologie, l’économie, les sciences politiques, la linguistique, l’esthétique et l’éthique.

© Naomi Cook, FC 15:36:46.000 time-lapse (2016) copper plate engraving, 56 x 71 cm

Plus d’informations sur le thème

La disruption et l’intégration sont deux dimensions essentielles pour la durabilité de tout système, leur nature évolutive ne leur permettant pas d’être statique. Elles sont constituées d’interactions dynamiques et transformatrices, et sont caractérisées par la recherche de l’équilibre  plutôt que par l’équilibre lui même.

Ce numéro de HAS est une invitation à examiner et à repenser ces interactions dans les domaines de l’économie, des sciences, des milieux naturels et/ou des territoires humains, des arts ainsi que dans le sport… Il incite à considérer les systèmes existants ou inventés, d’un point de vue ontologique, épistémologique, sociologique et esthétique.

La disruption, comprise comme un mouvement qui disperse les énergies et la matière, pourrait s’opposer à l’intégration, une action qui les concentre. La perturbation est une interruption à l’intérieur d’un système existant, mais elle est aussi, en parallèle, un acte d’anticipation et de régénération des composants à l’intérieur de ce même système, comme dans tous les fonctionnements régénératifs.

Une perturbation apparaît lorsqu’un système, n’étant plus capable d’accueillir de nouveauté, entre dans un mode d’entropie. Sans la perturbation qui remet en cause son fonctionnement, un système meurt.

Toutefois, la perturbation en soi ne garantit pas la continuité du système : tout dépend de sa capacité à réorganiser les composantes nouvelles et disperses, en un nouveau mode d’existence.

L’intégration est l’un des outils lui permettant d’arriver à ses fins, agissant comme un moyen de convergence. Un système ne peut progresser que s’il permet à des facteurs externes, souvent inattendus, d’évoluer en son sein.

Chaque réseau est un ensemble complexe, englobant un certain nombre de systèmes divers. En raison de sa recherche permanente de stabilité et d’auto-évaluation il est contraint de trouver un moyen d’intégrer ces éventuels facteurs externes. La motivation première de tout système est de se produire,  de perdurer,  mais ne se préoccupe pas de servir un instant particulier du système.

L’interruption survient souvent par un événement inventif, créatif, naturel ou évolutif, s’éloignant de certaines normes communes.

Les mécanismes génératifs de la rupture sont naturellement intégrés dans les systèmes et constituent un processus naturel semblable à toute routine.  Une rupture est toujours nécessaire au progrès, pour maintenir une dynamique invariable et cyclique, soit par le biais de créativités créées par l’homme soit par le cours naturel des choses.

L’intégration est alors l’acte d’incorporer ces éléments ou ces dynamismes étrangers dans un ensemble constitué, un processus par lequel plusieurs entités sont regroupées dans une unité commune.

Bien que la perturbation ne soit pas une garantie pour l’avenir, elle constitue une condition de la transformation.

Un système peut être composé de différents éléments étrangers extérieurs, unis ou en évolution, continuellement à la recherché d’un équilibre au moyen d’une harmonisation d’un fonctionnement opérationnel à la fois destructeur et unificateur.

La capacité à confronter la perturbation et l’intégration est essentielle lorsqu’on les considère comme deux facteurs frères jouant un rôle d’incorporation et d’amalgamation des éléments qui composent un système.

Les éléments étrangers (externes ou forgés au sein du système, par le biais de mutations) qui sont souvent des agents de disruption, deviennent tout au long du processus d’intégration, un facteur de cohésion et de progression de l’ensemble.

Les sciences humaines et les arts sont des formes d’intégration et de disruption au sein de tous les (éco)systèmes socioculturels ou naturels, comme le sont l’imagination et la création, qui sont des facteurs de disruption et d’intégration dans tous les schémas existants.

CONDITIONS GÉNÉRALES

Les contributeurs peuvent soumettre des textes en anglais ou en français.

Les contributions peuvent compter jusqu’à 3000 mots et inclure 3 à 8 images – minimum 300 dpi

Les contributions peuvent également être présentées en format vidéo (MP4) ou audio (MP3).

Les citations et les références doivent utiliser le style Chicago.

Les contributions doivent être accompagnées d’une courte biographie (100 mots) et d’un abstrait (100 mots), et doivent être envoyées à magazine@humanitiesartsandsociety.org.

Pour toute question ou information complémentaire : contact@humanitiesartsandsociety.org.

La date limite pour les soumissions à HAS 06 est le 8 août 2022 à minuit, heure d’Europe centrale.

IMPORTANT : Toutes les propositions seront examinées de manière anonyme par les comités et le personnel de la HAS. Pour garantir une évaluation équitable et impartiale, toutes les propositions doivent être anonymes et ne doivent pas inclure, explicitement ou implicitement, d’informations permettant d’identifier les candidats (nom, institution/organisation, etc.). Cette politique s’applique également à tout matériel supplémentaire ou/et lié. Il incombe aux contributeurs de présenter leur travail de manière anonyme et de garantir une navigation anonyme dans le matériel externe. Les contributions qui enfreignent les règles d’anonymisation ne seront pas prises en considération.

Envoyez votre contribution deux fois dans le même courriel :

  • l’une anonymisée (la proposition doit utiliser le nom de fichier suivant : HAS06-titredelapropostion-date)
  • l’autre nommée (la proposition doit utiliser le nom de fichier suivant : HAS06-titredelapropostion-date-auteur ; si les pièces sont collaboratives et co-signées, elles doivent inclure le nom des deux principaux auteurs, par ex : HAS06-titredelaproposition-date-auteur1-auteur2).

Les travaux ne seront acceptés que si toutes les exigences ci-dessus sont remplies.

Veuillez trouver les directives éditoriales ici (Anglais).

Humanities, Arts and Society Magazine
Publication précédente
Sommaire
Publication suivante
05
Espaces et lieux
Juillet 2022
Auteur
Humanities, Arts and Society Magazine