/ HAS MAGAZINE
DRAWING STONES PROJECT
Roni Ben Ari
Artiste visuelle
Roni Ben Ari questionne à travers son projet "Drawing: Stone, Wheat, Stone" le sens du mot Terre à travers deux éléments essentiels que sont la pierre et le blé.

Drawing: Stone, Wheat, Stone, Roni Ben Ari, 2013

Drawing: “Stone, Wheat, Stone” (Dessin : “Pierre, blé, pierre”)  est le voyage de pierres qui volent dans le vent et atterrissent dans un autre endroit, mais dans leur chute au sol, dans le bruissement des lignes, elles créent un nouveau paysage.

Roni Ben Ari Drawing: Stone, Wheat, Stone 2014
Roni Ben Ari Drawing: Stone, Wheat, Stone 2014

Dans leurs danses, les pierres créent des lignes et des dessins. Elles sont plus légères que l’air et gracieuses. Ces chorégraphies capturées par l’artiste Roni Ben Ari s’accompagne de l’œuvre Pop Rocks : un balai de camions remplis de billes roses, ressemblant à des bonbons : la dynamique  utilisée pour réduire les blocs. A travers ces œuvres vidéos et photographiques, Roni Ben Ari questionne la notion de danger  et le sens donné aux mots et aux éléments que nous produisons ou utilisons.

Roni Ben Ari Pop Rocks 2014

Ces projets ont été réalisés dans les territoires palestiniens. Chaque matin, Roni passait par le check point de Tarkumiya pour se rendre en Cisjordanie, une région habitée par une population mixte composée d’Israéliens et de Palestiniens.

Roni Ben Ari Pop Rocks 2014

Là, Roni Ben Ari a rencontré des personnes qui travaillent ensemble, quotidiennement, depuis plus de quatorze ans, dans des carrières de pierres.

Ces carrières de pierre de Dolomie ont transformé le paysage vierge du pays en une économie croissante et prospère qui fournit à ses habitants des éléments pour améliorer la qualité de vie sociale et économique. La pierre permet la construction de routes, de maisons, d’infrastructures, mais aussi de clôtures et de murs, elle sert aussi à soutenir des agricultures florissantes et à développer l’habitat. Le blé, composant de base pour la fabrication du pain, y pousse en abondance, devenant un symbole de vie.

Roni Ben Ari Drawing: Stone, Wheat, Stone 2014

La pierre et le blé – tous deux proviennent de la même terre.

La pierre est extraite de la terre (le sol) et transportée au-delà de la frontière vers une autre terre.

Roni Ben Ari Stills 2014

La définition d’une terre, comme la terre mère, alimente de possibles divisions à travers les notions de frontières, de propriété, de nations et de séparations entre les cultures.

Roni Ben Ari transforme les pouvoirs de ces deux éléments pour les revaloriser. Les pierres et le blé, sont tous deux symboliques. Les peuples de toutes les cultures vivant au Moyen-Orient se nourrissent du même blé et utilisent les mêmes pierres.

Roni Ben Ari Drawing: Stone, Wheat, Stone 2014

Le fait de vivre dans un pays en proie à des conflits permanents, principalement axés sur la propriété et les droits sur la terre, pose une question fondamentale sur la signification du mot “terre”. La terre est un sol qui nourrit la vie.

En hébreu, le mot pour la terre est “Adama”. Adama est la version féminine du mot Adam, qui signifie un homme. Les deux sont faits de Dam : Dam est le sang et donc la chair. La terre est alors la mère de la vie, et les mots terre et adama posent question sur la notion de (ma) terre.  Le mélange de “ADAM” et “HMA” représente l’HUMANITÉ : les éléments masculin et féminin en un seul ; dans de nombreuses langues, “Ama” signifie “mère”, un lien avec la terre-mère.

Margalit Berriet & Roni Ben Ari

Roni Ben Ari (née à Ramat Gan, Israël) a commencé sa carrière en tant que journaliste , d’abord pour la radio Israel Broadcast Authority à Tel-Aviv, puis en tant que reporter et productrice de télévision pour la Second Authority News Station, où elle a réalisé des reportages sur des sujets sociétaux notamment autour de la vie en maisons de retraite ou en centres de détention. Elle travaille depuis 1998 comme artiste, ses photographies et vidéos ont fait l’objet de 35 expositions dans plus de 15 villes internationales, dont “Markers 8” à la 54e Biennale de Venise (2011) ; “Transmission Body” à DOCUMENTA, Kassel, Allemagne (2012) ; et “Woven Consciousness” au Musée Eretz Israel, Tel Aviv (2014). “Tout au long de ma carrière je me plongeais très profondément dans un sujet particulier dont personne n’essayait de s’approcher, même de loin.”RBA

Publication précédente
Sommaire
Publication suivante
03
Vérité et Croyance
JUIN 2021
Auteur

Roni Ben Ari (née à Ramat Gan, Israël) a commencé sa carrière en tant que journaliste , d’abord pour la radio Israel Broadcast Authority à Tel-Aviv, puis en tant que reporter et productrice de télévision pour la Second Authority News Station, où elle a réalisé des reportages sur des sujets sociétaux notamment autour de la vie en maisons de retraite ou en centres de détention. Elle travaille depuis 1998 comme artiste, ses photographies et vidéos ont fait l’objet de 35 expositions dans plus de 15 villes internationales, dont “Markers 8” à la 54e Biennale de Venise (2011) ; “Transmission Body” à DOCUMENTA, Kassel, Allemagne (2012) ; et “Woven Consciousness” au Musée Eretz Israel, Tel Aviv (2014). “Tout au long de ma carrière je me plongeais très profondément dans un sujet particulier dont personne n’essayait de s’approcher, même de loin.”RBA

Version PDF